logo cvvsfc
image d'entète
La formation -> Révision en ligne






















centre de vol à voile de saint-florentin chéu

Révision du théorique

école


Cette page vous permet de réviser le théorique en répondant à des questionnaires.
Vous pouvez choisir de répondre à toutes les questions d'une phase:

<1> <2> <3> <4> <5> <6> <7> <8> <9> <10>
Ou répondre à une série de 50 questions prises au hasard.
En fin de questionnaire, cliquez sur le bouton pour afficher la correction.
Bonne chance !!

Phase 8

1 - phase 8/1

Au cours d'un virage à grande inclinaison, un planeur décroche à :

a - même vitesse et même incidence qu'en ligne droite.

b - plus forte vitesse et même incidence qu'en ligne droite.

c - plus forte vitesse et plus forte incidence qu'en ligne droite.

2 - phase 8/2

Au cours d'une spirale à forte inclinaison, vous vous retrouvez à une vitesse beaucoup trop grande. Pour corriger vous :

a - tirez sur le manche.

b - agissez sur le palonnier vers l'extérieur du virage.

c - diminuez l'inclinaison, puis rétablissez la vitesse.

3 - phase 8/3

Quelles sont les inclinaisons habituelles pour exploiter les thermiques de plaine classiques :

a - les inclinaisons supérieures ou égales à 60° pour se maintenir au sein du thermique.

b - les inclinaisons moyennes (25 à 45°) sont généralement suffisantes.

c - les faibles inclinaisons (inférieures à 20°) car elles limitent le taux de chute propre au planeur.

4 - phase 8/4

Vous volez en groupe avec un autre pilote, utilisant le même type de planeur que vous, en direction d'un cumulus. Vos vitesses sont identiques, soit 160 km/h. Vos ballasts sont vides, votre charge alaire est de 30 kg/m2. Les ballasts de l'autre planeur sont pleins, sa charge alaire est de 40 kg/m2. Vous arriverez :

a - plus bas que lui sous le cumulus.

b - à la même hauteur sous le cumulus.

c - plus haut que lui sous le cumulus.

5 - phase 8/5

Deux planeurs identiques mais de charge alaire différente traversent une large zone ascendante. Chaque pilote utilise son planeur à la vitesse de taux de chute minimal :

a - les 2 planeurs gagneront la même altitude.

b - le planeur le plus chargé gagnera plus d'altitude que l'autre.

c - le planeur le plus léger gagnera plus d'altitude que l'autre.

6 - phase 8/6

Deux planeurs identiques mais de charge alaire différente, pénètrent dans une ascendance étroite et hachée, au même moment et à la même altitude. II y a une forte probabilité pour que :

a - le planeur le plus lourd monte plus vite.

b - le planeur le plus lourd monte moins vite.

c - les 2 planeurs montent à la même vitesse.

7 - phase 8/7

Vous volez en onde de ressaut. Votre altitude est de 4 500 m. Si vous effectuez un décrochage, qu'indiquera l'anémomètre ?

a - la même vitesse que si vous décrochez à basse altitude.

b - une vitesse plus forte que si vous décrochez à basse altitude.

c - une vitesse plus faible que si vous décrochez à basse altitude.

8 - phase 8/8

Vous volez à l'altitude de 4 000 m. Votre vitesse indiquée est de 100 km/h. Votre vitesse de déplacement dans l'air est d'environ :

a - 150 km/h.

b - 100 km/h.

c - 120 km/h.

9 - phase 8/9

La VNE (vitesse à ne pas dépasser) :

a - est toujours la même quelle que soit l'altitude, pour tous les planeurs.

b - variable ou fixe en fonction de l'altitude, est donnée par le manuel de vol, chapitre II.

c - peut être augmentée de 6,5 % par millier de mètres d'altitude.

10 - phase 8/10

Au cours d'un vol de pente en atmosphère agitée quelle précaution prenez-vous ? Vous :

a - ne descendez pas en dessous des crêtes.

b - vous éloignez un peu plus du relief et augmentez la vitesse.

c - vous contentez de serrer davantage les ceintures de sécurité.

11 - phase 8/11

L'apparition de la convection thermique :

a - renforce l'effet de pente.

b - rend l'effet de pente utilisable loin au vent du relief.

c - rend l'effet de pente irrégulier.

12 - phase 8/12

En vol de pente, vous engagez les virages :

a - du côté de l'aile qui se soulève.

b - toujours à l'opposé du relief.

c - à l'opposé du relief quand le planeur est plus bas que les crêtes et sans côté préférentiel dès que vous avez dépassé le niveau des crêtes.

13 - phase 8/13

Vous êtes en vol de pente. Le relief est à votre gauche. Un autre planeur arrive en face de vous, à même altitude :

a - il a priorité, vous dégagez à droite.

b - vous avez priorité et maintenez votre cap.

c - vous sortez les aérofreins pour passer dessous.

14 - phase 8/14

La formation d'ondes de ressaut est favorisée par :

a - une atmosphère instable.

b - une atmosphère stable.

c - une atmosphère humide.

15 - phase 8/15

La fréquence et l'amplitude des mouvements ondulatoires sont plus importantes :

a - les jours d'orage.

b - en hiver, ainsi qu'au lever et coucher du soleil, lorsque l'atmosphère est plus stable.

c - pendant les après-midi d'été lorsque l'atmosphère est instable.

16 - phase 8/16

Dans un système ondulatoire, la tranche inférieure appelée 'couche sous ondulatoire turbulente' a une épaisseur qui :

a - est pratiquement toujours supérieure à l'épaisseur de la couche laminaire.

b - peut varier de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres.

c - est de quelques dizaines de mètres le matin et le soir et peut atteindre 200 à 300 mètres au cours de journée quand la convection se développe.

17 - phase 8/17

Dans un système d'ondes de ressaut quelle est la limite supérieure de la couche ondulatoire dans laquelle l'écoulement des filets d'air est laminaire ?

a - c'est toujours la troposphère qui limite le sommet de la couche ondulatoire.

b - une couche stable telle qu'une inversion ou une isothermie bloque le développement vertical de la couche ondulatoire.

c - la limite supérieure de la couche ondulatoire est essentiellement variable. Un affaiblissement ou un net changement de direction du vent est une cause de blocage.

18 - phase 8/18

On appelle longueur d'onde dans un système ondulatoire :

a - la distance entre deux ondulations.

b - la hauteur entre le creux et le sommet d'un ressaut.

c - la distance entre la crête du relief générateur de l'onde et le bord d'attaque du premier rotor.

19 - phase 8/19

En onde de ressaut, les longueurs d'ondes moyennes rencontrées en France sont de l'ordre de :

a - quelques centaines de mètres.

b - 3 à 15 km.

c - supérieure à 20 km.

20 - phase 8/20

L'effet de foehn est caractérisé par :

a - un nuage de chapeau qui couvre principalement la partie 'au vent' du relief générateur d'un système ondulatoire.

b - une zone de ciel clair située sous le vent d'un relief générateur d'un système ondulatoire.

c - un refroidissement de la masse d'air qui descend le long de la montagne.

21 - phase 8/21

L'onde de ressaut ne peut exister que :

a - si elle est matérialisée par des lenticulaires et des rotors.

b - si elle est matérialisée soit par des rotors soit par des lenticulaires.

c - si le vent est assez fort et bien orienté par rapport aux montagnes. Les matérialisations n'existent que si l'atmosphère est suffisamment humide.

22 - phase 8/22

Les rotors et les lenticulaires donnent une impression de fixité par rapport au sol, car :

a - le vent à leur niveau est nul.

b - ils se forment à leur partie 'au vent' et se désagrègent à leur partie 'sous le vent'.

c - leur durée de vie étant très brève, ils ne se déplacent que sur une courte distance.

23 - phase 8/23

La zone favorable à l'exploitation d'une ascendance dans la couche sous ondulatoire d'un système d'onde est située :

a - légèrement 'au vent' des nuages de rotor.

b - au vent de la montagne qui provoque l'onde de ressaut.

c - juste 'sous le vent' des nuages de rotor.

24 - phase 8/24

En vol d'onde, comment sont exploités les courants ascendants dans la couche ondulatoire ?

a - dans la plupart des cas, en plaçant le planeur perpendiculairement au vent pour dériver dans les ressauts successifs.

b - en spirale, avec un départ en ligne droite vent dans le dos, dès que les indications du variomètre deviennent négatives.

c - en plaçant le planeur face au vent, immobile au-dessus d'un point sol, ou en allers et retours successifs au-dessus d'un axe sol si le vent est trop faible pour que le planeur reste immobile par rapport au sol.

25 - phase 8/25

Au cours d'un vol en onde, vous avez perdu l'ascendance que vous exploitiez dans la couche laminaire. Comment la recherchez-vous ?

a - en vous mettant en spirale à faible inclinaison (10 à 15°) afin de parcourir un large secteur.

b - en prospectant tout d'abord 'au vent' de votre position en ligne droite dans le lit du vent.

c - en prospectant d'abord 'sous le vent' de votre position en ligne droite dans le lit du vent.

26 - phase 8/26

Vous tentez votre épreuve de gain d'altitude de 5 000 m. Vous constatez que la couverture nuageuse en dessous de vous augmente rapidement et couvre une très grande partie du sol :

a - vous continuez de monter pour terminer votre épreuve.

b - vous estimez qu'il est dangereux de continuer et débutez une descente rapide aux aérofreins.

c - vous vous réjouissez car plus il y a de nuages et plus l'onde est facile à exploiter.

27 - phase 8/27

Vous volez en onde de ressaut, votre altitude est de 5 800 m. Le soleil vient de disparaître sous l'horizon :

a - vous admirez les colorations rouges que prennent les lenticulaires au-dessus de vous et tentez de monter à leur hauteur.

b - vous vous dirigez vers le terrain et laissez descendre lentement le planeur.

c - vous estimez qu'il est grand temps de descendre pour ne pas atterrir après l'heure de fin des vols, et débutez une descente rapide aérofreins totalement sortis.

28 - phase 8/28

Vous ne disposez pas d'équipement oxygène. Vous pouvez légalement monter jusqu'à :

a - la hauteur de 3 800 m au-dessus de votre aérodrome.

b - 3 800 m (FL 125).

c - le niveau de vol 195.

29 - phase 8/29

Deux planeurs identiques sont en virage à la même inclinaison. Le planeur 1 vole à la vitesse donnant le taux de chute minimale. Le planeur 2 vole à une vitesse indiquée supérieure de 20 km/h à celle du planeur 1.

a - le planeur 1 a un rayon de virage plus petit et une vitesse verticale de chute plus faible que le planeur 2.

b - le planeur 2 a un rayon de virage égal à celui du planeur 1, mais il a une vitesse verticale de chute plus forte.

c - le planeur 2 a un rayon de virage plus grand et une vitesse verticale de chute plus faible que le planeur 1.