logo cvvsfc
image d'entète
La formation -> Révision en ligne






















centre de vol à voile de saint-florentin chéu

Révision du théorique

école


Cette page vous permet de réviser le théorique en répondant à des questionnaires.
Vous pouvez choisir de répondre à toutes les questions d'une phase:

<1> <2> <3> <4> <5> <6> <7> <8> <9> <10>
Ou répondre à une série de 50 questions prises au hasard.
En fin de questionnaire, cliquez sur le bouton pour afficher la correction.
Bonne chance !!

Phase 9

1 - phase 9/1

Quelles sont les manoeuvres à effectuer pour prévenir le pilote remorqueur quand il vous est impossible de larguer ?

a - vous devez battre des ailes.

b - vous vous positionnez très haut au-dessus du remorqueur pour faire jouer la sécurité du crochet.

c - vous devez agiter rapidement la gouverne de direction.

2 - phase 9/2

Au cours d'un retour au sol, il est préférable de se placer en position basse. Quand devez-vous le faire ?

a - dès que vous constatez l'impossibilité de larguer.

b - après avoir 'battu' des ailes.

c - après que le pilote remorqueur ait agité sa gouverne de direction, vous signifiant qu'il va débuter la descente.

3 - phase 9/3

Juste après le décollage, le câble casse alors que votre hauteur n'excède pas 30 mètres et que vous avez dépassé le seuil de piste. Vous :

a - tentez un atterrissage de fortune devant vous.

b - faites demi-tour pour atterrir à contre piste.

c - tentez un tour de piste normal, terminé en PTU.

4 - phase 9/4

A la suite d'une fausse manoeuvre ou d'une casse de câble, vous vous retrouvez largué à une hauteur de 100 mètres environ. Vous :

a - atterrissez devant vous en évitant les plus gros obstacles.

b - estimez être assez haut et effectuez un demi-tour pour atterrir à contre piste.

c - estimez être largement assez haut pour effectuer un tour de piste normal.

5 - phase 9/5

Vous êtes en branche ' vent arrière'. Vous subissez une forte descendance à l'issue de laquelle votre hauteur n'excède pas 80 mètres. Pour apporter les corrections nécessaires à la prise de terrain, vous :

a - réduisez votre vitesse pour limiter le taux de chute.

b - augmentez la vitesse pour suivre les indications du Mac Cready en allant rechercher une finale assez longue (500 à 700 m).

c - augmentez la vitesse en convergeant vers la piste, puis vous effectuez une prise de terrain en U.

6 - phase 9/6

Le régime de vol IFR est :

a - réservé aux avions possédant certains équipements particuliers.

b - votre régime de vol si vous évoluez dans des conditions de très mauvaise visibilité.

c - applicable aux seuls avions volant au-dessus du niveau de vol 195.

7 - phase 9/7

Le régime de vol des planeurs est :

a - soit le régime IFR soit le régime VFR, selon les conditions de visibilité.

b - impérativement le régime VFR.

c - impérativement le régime IFR.

8 - phase 9/8

Dans un espace aérien non contrôlé, au-dessous du plus élevé des 2 niveaux suivants (900 m AMSL ou 300 m/sol), quelles conditions météorologiques minimales devez-vous respecter ? Disposer :

a - d'une visibilité d'au moins 1 500 m, voler hors des nuages et être en vue de la surface.

b - d'une visibilité d'au moins 5 km et d'un espacement par rapport aux nuages de 300 m verticalement, 1 500 m horizontalement.

c - d'une visibilité de 3 000 m et maintenir un espacement par rapport aux nuages de 600 m.

9 - phase 9/9

La base des nuages est à 1 500 mètres au-dessus de votre aérodrome. Pour respecter les conditions météorologiques minimales de vol à vue, vous ne monterez pas à une hauteur supérieure à :

a - 1 500 m.

b - 900 m.

c - 1 200 m.

10 - phase 9/10

Vous évoluez en vol de pente, hors d'un espace aérien contrôlé, sur une montagne dont l'altitude est de 1 000 mètres, le plafond (base des nuages) est à 1 200 mètres. Le respect des conditions de vol à vue vous permet de monter jusqu'à une altitude de :

a - 1 200 m.

b - 900 m.

c - 1 000 m.

11 - phase 9/11

Un planeur désirant traverser une voie aérienne (AWY), en dessous du FL 115, doit :

a - au préalable contacter par radio le centre de contrôle régional (CCR) pour obtenir une autorisation de transit.

b - respecter les conditions météorologiques de vol à vue.

c - maintenir un niveau de vol bien précis.

12 - phase 9/12

La pénétration d'un espace de classe D est soumise à clairance du contrôleur :

a - vrai.

b - faux.

c - seulement pour le VFR spécial.

13 - phase 9/13

Pour traverser un espace aérien contrôlé, le pilote de planeur doit au moins disposer des conditions météorologiques suivantes :

a - visibilité 1 500 m et être hors des nuages.

b - visibilité 500 m et espacement par rapport au nuage : 1 500 m horizontalement - 300 m verticalement.

c - visibilité 5 km et espacement par rapport au nuage : 1 500 m horizontalement - 300 m verticalement.

14 - phase 9/14

Vous êtes vélivole et chasseur sous-marin. Vous avez effectué une plongée. Combien de temps est-il nécessaire avant d'entreprendre un vol ?

a - de 12 à 24 heures.

b - aucun délai.

c - 12 jours.

15 - phase 9/15

Sur quel document est-il possible de trouver les conditions de traversée d'une zone de contrôle d'aérodrome (CTR) ?

a - la carte de France aéronautique au 1/1 000 000 è.

b - la carte de navigation au 1/500 000 è.

c - la carte d'atterrissage à vue de l'aérodrome concerné (carte V.A.C.).

16 - phase 9/16

Une S/CTR est : d - je ne sais pas.

a - une CTR où le contrôle est assuré par un organisme militaire.

b - une CTR admettant le VFR spécial.

c - une CTR spécialisée dans le traitement du trafic IFR.

17 - phase 9/17

Les espaces aériens de classe E sont des espaces dont la pénétration en VFR : d - je ne sais pas.

a - est interdite.

b - nécessite une clairance obtenue par radio.

c - est autorisée sans contact radio.

18 - phase 9/18

La carte aéronautique au 1/1 000 000 è est un document important pour la préparation d'un vol. Vous devez vous assurer de son état de validité. Ce document est édité :

a - 2 fois par an.

b - 1 fois tous les 2 ans.

c - 1 fois tous les 5 ans.

19 - phase 9/19

La fonction d'information de vol à l'intérieur d'une F.I.R. est :

a - au service des aéronefs en VFR uniquement.

b - au service des aéronefs en IFR uniquement.

c - au service de tous les aéronefs.

20 - phase 9/20

Au cours de la préparation d'un circuit vous constatez que vous devez traverser un espace aérien à statut particulier dont le sigle est LF-D 573. Vous en déduisez immédiatement que c'est une zone :

a - interdite.

b - dangereuse.

c - réglementée.

21 - phase 9/21

Vous trouverez les détails concernant une zone dangereuse et ses heures d'activité :

a - sur la carte VAC de l'aérodrome le plus proche.

b - en téléphonant à la tour de contrôle (TWR) de l'aérodrome le plus proche de la zone dangereuse.

c - dans le complément aux cartes de radio-navigation à vue.

22 - phase 9/22

Jusqu'à quel niveau les planeurs peuvent-ils être autorisés à monter en espace aérien inférieur ?

a - FL 125 (3 800 m).

b - niveau de vol 195 (5 950 m lus sur un altimètre calé à 1 013 mbar).

c - ne dépend que de la condition physique du pilote qui devra au préalable évaluer ses limites en caisson de décompression.

23 - phase 9/23

La nuit aéronautique débute :

a - à l'heure de coucher du soleil.

b - 30 minutes après l'heure de coucher du soleil.

c - 15 minutes avant l'heure de coucher du soleil.

24 - phase 9/24

Vous vous proposez d'utiliser un planeur et en compulsant ses documents vous constatez que le CDN porte la mention R :

a - le planeur n'est pas en situation technique de vol et vous ne pouvez l'utiliser.

b - ceci signifie que ce planeur ne peut être lancé que par remorqueur (à l'exclusion du treuillage).

c - le planeur peut voler, mais uniquement en 'vol local'.

25 - phase 9/25

Le pilote de planeur doit s'assurer que le certificat de navigabilité de l'appareil qu'il se propose d'utiliser est :

a - en situation R.

b - en situation RP.

c - en situation V.

26 - phase 9/26

Le manuel de vol d'un planeur contient les renseignements concernant :

a - les heures de vol effectuées.

b - les visites périodiques, réparations et modifications.

c - les caractéristiques de l'appareil, ses limitations d'emploi et ses éventuelles particularités.

27 - phase 9/27

Un formulaire AIR-PROX est :

a - une phase de vol bien déterminée pour les avions IFR.

b - la vérification que doit effectuer tout pilote avant de décoller.

c - le compte rendu d'un pilote concernant un risque d'abordage qu'il a pu constater avec un autre aéronef. Une enquête est ouverte à la suite de ce compte rendu.

28 - phase 9/28

Vous vous proposez de voler sur un planeur dont le certificat de navigabilité ne porte pas la mention R, mais dont la situation V est périmée depuis quelques jours :

a - ce planeur peut voler tout de même.

b - ce planeur doit subir une visite technique du bureau Véritas avant de pouvoir être utilisé.

c - cette situation ne peut avoir lieu, car un planeur est soit en situation R, soit en situation V.